Breaking News
Home > Actualités > Metro Express La contestation s’amplifie, le gouvernement persiste et signe

Metro Express La contestation s’amplifie, le gouvernement persiste et signe

Le gouvernement ne compte pas faire marche arrière. Pravind Jugnauth joue quitte ou double sur ce projet. Quitte à se laisser des plumes ou prouver à ses détracteurs que ce projet est viable. En tout, il s’est fixé de terminer la première phase du projet, c-à-d, le trajet Rose Hill Port-Louis avant la fin de son mandat.

 

Néanmoins, les contestations qui ne sont qu’à un stade embryonnaire, risquent de pendre de l’ampleur Les acquisitions, les destructions de bâtiments, des maisons se trouvant sur le tracé du Metro Express risquent de soulever beaucoup plus de contestation que l’on prévoyait. La délocalisation des gens est un traumatisme qu’on ne peut négliger ou compenser avec quelques centaines de roupies sans prendre en considération, les enfants, l’entourage. Quand on offre une compensation à une famille pour sa maison, sa demeure, on doit pouvoir l’aider à trouver une maison idéale et acceptable.

 

Le tracé qu’empruntera le controversé Metro Express risque de causer plus de confusions que l’on peut s’imaginer. Le projet va chambouler notre paysage urbain en déplaçant des sites importants, tels que le marché de Belle-Rose, la promenade de Vandermeersch et Arab Town. La colère ira en s’amplifiant.

 

L’exemple de La Butte et la résidence Barkly risquent d’avoir un effet de boule de neige. Vendredi, l’ordre intérimaire de la Cour suprême a mis un frein à la démolition de certaines maisons se trouvant sur le tracé du tramway. Au Centre of Learning, une réunion d’explications entre les représentants du gouvernement et les habitants sur le projet Metro Express a tourné en eau de boudin. Ivan Collendavelloo a, pour sa part, admis qu’il y a eu « confusion» dans la manière de procéder vendredi. Etienne Sinatambou, le porte-parole du gouvernement s’est dit étonné des propos «amers» des habitants et affirmé que le gouvernement n’était pas en présence de certaines informations. Comme le fait qu’il y avait des enfants «ki pe tromatize”. Sans doute, c’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. La tension est montée d’un cran, plusieurs habitants étaient debout. La réunion a été brusquement interrompue. Les ministres, le député Aliphon et le maire de Beau-Bassin/Rose-Hill se sont hâtés vers la sortie, encadrés par policiers et gardes du corps qui faisaient barrage. Etienne Sinatambou est réparti dans le véhicule d’Ivan Collendavelloo sous les diatribes des habitants qui ont fait comprendre que jamais personne n’est venu expliquer où le Metro Express va passer, comment la construction va les affecter.

A Rose-Hill, on a commencé à déplacer l’Arab Town qui a été officiellement inauguré en octobre 1985, soit il y a 32 ans. Arab Town sera à l’arrière du Stade de Rose-Hill. Déjà, le trafic dans les alentours du marché les samedis surtout, quand il y a une journée des courses, est pénible. Et n’en parlons pas si jamais, il y a un événement sportif au stade de Rose-Hill. Nous nous demandons si la mairie de Rose-Hill tient à cœur l’intérêt des Citadins ?

 

A Quatre Bornes, ce sera le chaos avec la route de St Jean qui déjà est saturée par le flot de trafic durant les week-ends. On imagine mal comment deux voies de trams va occuper la route St Jean. Comment sera le trafic routier si un tram qui a un droit de passage absolu doit passer chaque cinq à six minutes ? La route Victoria changera pour le pire.

 

La gare de Curepipe qui sera sur pilotis, à Phoenix où le métro passera au sol et les voitures sur l’échangeur, à Rose-Hill où les rails seront sur pilotis à partir d’Arab Town pour traverser la route principale pour aller vers la Place Margéot à Rose-Hill et, enfin, de La Butte en longeant l’actuel échangeur du Caudan. Une seule intersection importante peut semer le doute : celle du rond-point de Beau-Bassin, devant l’église Sacré-Cœur.

 

La façon dont la population accueille le Metro Express nous fait comprendre qu’un tel projet n’a jamais été réfléchi. On doit pouvoir se demander la motivation derrière un tel projet. Ce gouvernement nous a fait comprendre pendant sa campagne électorale de 2014 que ce projet mettra en péril l’économie du pays. Tous les leaders de l’alliance Lepep avaient pris position contre ce projet et personne n’avait osé les qualifier de passéiste à cette époque. L’ancien régime a fait un tracé sans consulter le public et le présent gouvernement lui, semble vouloir réaliser (déclare piti pas pou li) ce même projet.

 

La question du coût nous interpelle tous Les pays qui ont adopté un tel système connaissent des pertes énormes. On se demande si les Mauriciens vont adopter ce modèle de transport, vont voyager debout de Curepipe à Port louis. Ou encore, si à l’heure de pointe, ce mode de transport ne risque pas d’apporter plus de problèmes que de solutions. On ne se demande pas pourquoi d’autres options comme le Bus Lane qui coûtera moins cher ? Pourquoi on n’essaie pas d’enlever les rond- points qui sont dépassés. Pourquoi pas des échangeurs surélevés modernes pour remplacer les rond points dépassés comme celui à l’entrée de Port-Louis.

 

The Metro project will greatly affect the social life of Mauritian people,

 

Dans une declaration à News on Sunday, Louis Eddy Joson: the president of the NGO ‘Debout Citoyen’ is categorical. It is not the route of the Metro Express that needs to change, but the project itself should be stopped. For Louis Eddy Joson, the Metro project will greatly affect the social life of Mauritian people, especially those living at La Butte and Cite Barkly. “The project will bring ruptures in the lives of people. It will create a social disaster. The project is not in the interest of the Mauritian people,” he utters.

Louis Eddy Joson believes that the project is a threat. “The project represents several dangers as stipulated in the report by the Japan International Cooperation. It predicts landslides in La Butte and Camp-Chapelon and we have already seen what has happened.” Moreover, he trusts that with the next excavations for the Metro project, houses found near the area of construction will be affected. “Following the landslides, JAIKA installed steel towers to protect the houses. During the excavations for the Metro project, there will inevitably be shocks and vibrations and houses may collapse,” he explains. He also argues that the land at La Butte is damaged and very sensitive to construction works.

 

About admin

The Admin of ActionDirek.com