Breaking News
Home > Featured News > Notre République va mal : Soodhun, le numéro 4 du gouvernement est poursuivi sous le Code criminel

Notre République va mal : Soodhun, le numéro 4 du gouvernement est poursuivi sous le Code criminel

Showkutally Soodhun aime être à cheval pour faire des déclarations tonitruantes, monter au créneau pour des coups d’éclat, pour faire son “show” afin d’être dans le lime-light. Aujourd’hui, le peuple mauricien ne rit plus et se demande, pourquoi il n’est rappelé à l’ordre comme il le fallait. Hier, le bureau du DPP a décidé d’intenter des poursuites contre Showkutally Soodhun à la lumière des preuves recueillies par la police. Le même jour, en cour Supreme, dans le cadre d’un procès que Mireille Martin lui intentait pour diffamation, Showkutally Soodhun, le numéro 4 du gouvernement en Cour Suprême a accepté de payer Rs 100 000 de dommages à la plaignante et Rs 50 000 pour les frais des avocats.

 

Pour rappel, Showkutally Soodhun avait allégué, en 2011, que Mireille Martin avait obtenu Rs 33 millions de Navin Ramgoolam pour rejoindre le Parti travailliste. L’ex députée MSM a alors entamé des poursuites contre le ministre du Logement et des Terres et lui avait réclamé Rs 10 millions de dommages. Mireille Martin se dit contente et satisfaite que Showkutally Soodhun ait accepté de lui payer des dommages : « Il a reconnu l’erreur qu’il a commise en disant des faussetés sur moi.

 

Suite aux menaces de mort du 18 juillet, contre le leader de l’Opposition, Xavier Duval, le bureau du DPP indique que le numéro 4 du gouvernement fera l’objet de poursuites en vertu de l’article 156 (1) du Code criminel.  Le DPP note que le vice-Premier ministre n’a pas contesté avoir prononcé le discours duquel ses propos polémiques ont été extraits et relayés. L’article 156 (1) du Code criminel prévoit que toute personne jugée coupable d’un délit tombant sous cette loi d’un délit tombant sous cette loi encourt une peine d’emprisonnement. Comme explication, le ministre, le leader des bleus l’aurait grandement blessé lorsqu’il aurait dit que l’Arabie Saoudite était un pays «infect».

 

Comme syndicaliste, comme député de l’opposition parlementaire, on entend toujours parler.  Il a été condamné pour sa participation à une manifestation illégale devant les locaux de Radio One le 2 mai 2009. En 2011, l’ancien ministre du Commerce et président du MSM Showkutally Soodhun a été libéré sur parole par la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, dans le sillage d’un volet de l’enquête du siècle avec le rachat de MedPoint. Ce que l’on s’en souvient est qu’il a quitté la salle d’audience du tribunal de Port-Louis sur une civière vers 17 h pour se rendre à la clinique Apollo Bramwell dans une ambulance.

 

Comme ministre du Logement et des Terres, en janvier 2015, il avait donné un mois à l’hôtel Tarisa Resorts pour enlever les obstructions afin que les travaux puissent être enclenchés. Sous le gouvernement précédent cette route qui longe la plage avait été déviée pour faire de la place pour ce complexe hôtelier appartenant à un proche de Navin Ramgoolam. Des années après leur prise de pouvoir le gouvernement lépep n’a pu restituer cette portion de la route à… lépepTarisa Resorts y est toujours solidement implanté et le citoyen lambda est obligé de faire un grand écart pour contourner ce complexe hôtelier, afin de pouvoir atteindre la plage publique. Et dire que le ministre du Logement et des Terres, aussitôt en poste, avait promis de faire rouvrir cette route au grand public dans le plus bref délai !

 

Cet honorable ministre s’est même emporté contre la compagnie d’aviation nationale. “C’est dégradant de voyager sur Air Mauritius” a-t-il dit, et il a fait une déclaration à la presse à ce sujet. Certains trouvait que ses déclarations était en prévisions des pourparlers avec Emirates Airlines! Anguille sous roche ?

 

Tout récemment, il déclare à une dame, devant une salle bondée : «Si ou pa satisfe, ou kapav deplase ale toudswit aster lamem ».  La raison, cette lui reproche d’être ‘out of subject’ car le but de la réunion était les NHDC’s Syndics and Residents Associations avec pour thème «Building a Better Mauritius for our Children».

 

Son retour en jet privée qui s’était rendu en Arabie saoudite, est loin d’être passé inaperçu et a même fait polémique. Hassenjee Ruhomally s’etait même rendu à l’Independent Commission against Corruption, le jeudi 4 août, pour se demander si Showkutally Soodhun a-t-il utilisé sa position pour obtenir des faveurs ?

 

Abordant le projet de rénovation de l’hôtel St Géran, Paul Bérenger s’étonne qu’après la EIA licence du 6 décembre avec des clauses spécifiques, et ne comprend pas le changement dans la License EIA originale. Il suspect une interférence du vice Premier ministre Showkutally Soodhun qui est très proche de l’émir.

 

La vraie question est de savoir si Showkutally Soodhun,l’esclave(de SAJ) est un aujourd’hui un asset ou un liabilities pour le gouvernement. Certaine mauvaise langue dit que si Soodhun tombe, c’est le gouvernement qui tombe. Aux rumeurs qu’il allait quitter le gouvernement, il avait déclaré :  «Gouvernman pou kit mwa mé zame mo pou kit li

About Redaction