Breaking News
Home > Actualités > Entre 1834 et 1910 : 462 000 travailleurs engagés indiens ont débarqué à l’île Maurice

Entre 1834 et 1910 : 462 000 travailleurs engagés indiens ont débarqué à l’île Maurice

En ce 2 novembre 2017 l’île Maurice rend hommage aux coolies, travailleurs engagés indiens qui ont débarqué en nombre sur l’île, à partir du 2 novembre 1834 et l’arrivée du bateau L’Atlas sur les quais de Port-Louis, avec à son bord les 72 premiers engagés, simples laboureurs, en provenance de Calcutta. Le mot “kuli” en tamoul signifie salaire.

L’Aapravasi Ghat (en hindi Aapravasi qui signifie immigrer et Ghat se traduit par abri temporaire), situé à Trou-Fanfaron, à l’entrée Nord de Port-Louis, a été le lieu de débarquement, avec directement sur place une quarantaine sanitaire obligatoire à l’arrivée des coolies sur le sol mauricien. L’Aapravasi Ghat a également été un lieu de transit pour les travailleurs recrutés pour d’autres pays : La Réunion, l’Afrique du Sud et l’Australie

 

462 000 hommes et femmes sont arrivés à l’île Maurice entre 1834 et 1910 et vont ainsi participer au développement de l’île Maurice pour un salaire de cinq à six roupies par mois.

Le site de l’Aapravasi Ghat est classé au patrimoine mondial par l’UNESCO depuis le 12 juillet 2006. D’autres vagues d’immigration de grande ampleur arriveront par la suite en provenance de BombayCalcutta ainsi que de Madras, et ce, jusqu’en 1920.

L’Aapravasi Ghat (en hindi Aapravasi qui se traduit par immigré et Ghat, abri temporaire), implanté à Trou Fanfaron, à l’entrée Nord de Port-Louis a été le lieu de débarquement, avec une quarantaine sanitaire obligatoire sur place à l’arrivée.  Ses hommes et femmes vont contribuer à bâtir l’île Maurice, pour un salaire mensuel de cinq roupies, soit 0,13 centime d’euro. Le site est classé au patrimoine mondial par l’UNESCO depuis le 12 juillet 2006.

D’autres vagues d’immigration de grande ampleur se poursuivront en provenance de Bombay, Calcutta ainsi que de Madras, et ce, jusqu’en 1920.
Sous empire britannique, après l’abolition de l’esclavage promulgué le 1er février 1835 et avec l’interdiction de la traite négrière, l’industrie sucrière de l’île Maurice qui souffrait d’un manque de main-d’œuvre, eut recours à des travailleurs sous contrat, pour pallier l’absence de centaines de milliers d’esclavages africains bientôt affranchis. Et puis, plus de la moitié des coolies ont décidé de rester à l’île Maurice, à la fin de leur contrat de cinq ans et de ne pas faire le voyage retour vers leur pays d’origine.

L’offre de travailler à Maurice était une opportunité pour trouver de meilleures conditions de vie. Plusieurs mesures incitatives sont à la clé de cette migration : paiement de six mois de salaire à l’avance ; le logement, la nourriture et les vêtements offerts. Le contrat de cinq ans comprend également des soins médicaux et un salaire de Rs 5 par mois. On raconte souvent l’histoire de ses deux laboureurs, originaires des collines de Bihar Callachaund et Dookhun qui accepta de faire partie du voyage pour Maurice. Un voyage qu’ils entreprirent avec trente-quatre de leurs compatriotes, dont six femmes. Pour ce voyage inaugural du 15 septembre 1834, c’est la Hunter-Arbuthnot & Company qui assure le recrutement des premiers travailleurs engagés.

Au bout de plus de six semaines de voyage périlleux, le bateau se présente à la rade de Port-Louis, le dimanche 2 novembre 1834. Ce n’est que le mardi 4 novembre que les passagers foulent le sol mauricien après que les formalités ont été remplies par Charles Arbuthnot, qui a également fait le voyage de l’Inde. La permission de débarquer est donnée par le Gouverneur, officiellement l’engagiste à Maurice commence, terme qui désigne la période au cours de laquelle des travailleurs sont venus à Maurice pour un contrat à durée déterminée.

Grâce à eux et à tous ceux qui ont débarqué à Maurice après eux, comme les travailleurs venus d’Asie, de Madagascar, des Comores et du Mozambique, l’industrie sucrière poursuivra son essor et, avec elle, le développement de Maurice.

.
L’historien Satyendra Peerthum, est d’avis que l’immigration des travailleurs engagés a débuté bien avant le 2 novembre 1834. Cette date a été décrétée officiellement pour marquer le jour historique du début de la vague de l’immigration indienne à Maurice en raison des différentes procédures mises en place pour cette traversée. Les travailleurs qui ont foulé le sol mauricien avant cette date n’avaient pas de registre et aucun contrat signé en bonne et due forme, comme les trente-six qui ont effectué la traversée à bord de l’Atlas. Tous les autres débarquements furent répertoriés le nombre de travailleurs engagés ainsi que leurs origines

 

L’invité d’honneur pour la commémoration de l’arrivée des travailleurs engagés à Maurice le 2 novembre prochain n’est autre que le Chief Minister of Uttar Pradesh and Honourable Shri Giriraj Singh, Minister of State for Micro, Small and Medium Enterprises. Toute une série de manifestations et spectacles en souvenir de l’héritage des coolies.
 

About Redaction