Home / Uncategorized / Hâte de revoir sa femme et ses enfants il viole la loi de la quarantaine et se retrouve derrière les barreaux

Hâte de revoir sa femme et ses enfants il viole la loi de la quarantaine et se retrouve derrière les barreaux

Des mesures strictes de sécurité sont toujours en vigueur à Maurice en ce mois de juin 2020. Cela en vue d’empêcher une deuxième vague du coronavirus. En sus du port obligatoire du masque, la quarantaine est considérée comme l’ultime moyen de lutte contre la maladie. D’où le confinement obligatoire de toute personne rentrant au pays.

 

Roupesh Hematlal un directeur d’entreprise, arrivé à Maurice le 20 juin  à bord du vol MK 289 en provenance de Madagascar, a été testé négatif à sa descente d’avion. Tout comme 121 des 124 du contingent de passagers ayant fait partie du voyage. Ils sont tous  envoyés en confinement dans les différents centres de quarantaine du pays. C’est là qu’ils devront attendre les résultats des analyses sur leur état de santé. Au terme de leur confinement, si tout se passe bien, ils  pourront rentrer chez eux. Au cas contraire, ils sont appelés à suivre le protocole mis en place par le ministère de la santé.

Le riche homme d’affaires de 45 ans  est impatient de revoir ses proches: son épouse et ses deux garçons de 14 et 16 ans. Quatre jours après son arrivée, il  les persuade à venir le voir à un lieu en dehors de l’hôtel Ambre. L’entreprise est risquée en raison de la loi sévère de confinement obligatoire. Il est formellement  interdit  à toute personne placée en quarantaine d’entrer en contact avec n’importe qui  à l’extérieur.  Durant les premiers jours de confinement Roupesh Hematlal est impatient de revoir les membres de sa famille.  Comme il a le sentiment qu’il ne  représente aucun danger pour les autres, ayant été testé négatif à son arrivée, il  décidé de hâter sa rencontre avec son épouse et ses deux enfants .  C’est alors qu’il va commettre sans doute la pire sottise de sa vie.

La rencontre clandestine suivie d’un dîner dans un autre hôtel

L’homme habitué à rien se priver, décide d’organiser une rencontre avec les siens. Quitter l’hôtel ne semble poser aucune difficulté. D’ailleurs Roupesh Hematlal s’est rendu compte dès le premier jour de son arrivée des failles en matière de sécurité à l’hôtel.

C’est alors qu’il a fixé le fameux rendez-vous  à extérieur de l’établissement. Il est parvenu  à sortir sans difficulté.

Les retrouvailles ont lieu dans la joie et Roupesh Hematlal ne va pas s’arrêter là. Il décide d’emmener tout le monde à dîner dans un autre hôtel de la région.  Puis dans la même soirée, après la sortie de table, il va regagner l’hôtel Ambre comme il est sorti, c’est-à-dire ni vu, ni connu.

Mais c’était sans compter certaines indiscrétions. La sécurité est informée de  son escapade nocturne. C’est le panique en particulier parmi le personnel de santé . A-t-on effectivement  violé la loi de la quarantaine?  Pour avoir le cœur net on va faire  défiler les images des cameras de surveillance de l’hôtel. On parviendra ainsi à voir les mouvements de l’homme d’affaires qui, sans rencontrer aucune difficultés, a pu se glisser à extérieur et ensuite retourner.

Entrée en scène de la police

Le cas a été référé à la police de Belle Mare par un officier du centre de quarantaine de l’ hôtel Ambre. Le suspect a été identifié et il a été arrêté et conduit au Detention Center de Vacoas. Il est passible de poursuites sous la quarantaine Act promulguée le le 17 mai, comme mesure  barrière à toute résurgence de la pandémie à Maurice

 

Son épouse et les deux enfants ont eux été placés en quarantaine à l’hôtel Ambre.

Pour sortir de ce mauvais pas, Roupesh Hematlal a requis les services de Me Roubina Jadoo-Jaunbocus. La motion de sa remise en liberté conditionnelle est présentée le 29 juin devant le magistrat du tribunal de Flacq. La police ne formule aucune objection et la caution est fixée à Rs 75 000 en sus d’une reconnaissance de Rs300 000. C’est un soulagement pour le prévenu appelé à passer le restant des jours en quarantaine à l hôtel  Véranda.

Son épouse et ses deux fils qui sont tous testés négatifs ne seront pas davantage inquiétés et donc  autorisés à rentrer chez eux le mardi 30 juin.

L’aventure n’est pas pour autant terminée pour Roupesh Hematlal qui est  passible d’une peine maximale de cinq ans de prison et d’une amende pouvant aller jusqu’à Rs500 000.

Affaire à suivre

La Rédaction

 

About Redaction

x

Check Also

Les tribunaux reprennent leur activités à partir du 3 mai sous de nouvelles conditions