Breaking News
Home > Politique > La marmite politique – Pravind Jugnauth sous haute pression

La marmite politique – Pravind Jugnauth sous haute pression

 

Au  fur et à mesure que les choses évoluent suite au naufrage du Wakashio, vraquier Panaméen à l’origine du désastre écologique dans le sud est du pays, la marmite politique à Maurice reste en ébullition. Les partis de l’opposition maintiennent la pression sur le gouvernement pour l’amener à organiser des élections générales anticipées. Et pourquoi ?

Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste rend le gouvernement coupable de négligence criminelle pour avoir assister sans réagir, dit-il, à l’entrée du vraquier dans nos eaux territoriales. Cela en dépit du fait que l’ile Maurice “disposait de tous les moyens, affirme-t-il  pour arraisonner le bateau qui représentait dès le départ une menace à notre sécurité. Ce qui nous aurait évité la catastrophe.

Pour Navin  Ramgoolam, le problème était tout a fait gérable et il n’y avait pas lieu de se cacher derrière les mauvaises conditions climatiques ou de  l’avis des experts  pour ne pas réagir. Lui même Navin Ramgoolam était confronté en 2011 à un problème quasi similaire en 2011 lorsqu’un navire cargo, le Angel 1 avec du riz et de l’hydrocarbure à son bord avait lancé un signal de détresse alors qu’il arrivait dans notre direction. Le bateau a été sécurisé, immobilisé et toute l’huile pompée. Pas une goutte n’est tombée à la mer et cela grâce à la façon dont lui Navin Ramgoolam avait réglé le problème.  A l’inverse  une gestion chaotique du présent gouvernement Au vu de son incapacité à gérer le pays, a encore lancé  l’ancien Premier ministre, il ne lui reste plus à ce gouvernement que de partir.

Les autres partenaires sur la même longueur d’ondes

 

Deux autres hommes politiques de l’opposition en l’occurence Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval maintiennent eux aussi la pression. Le leader du PMSD, Xavier Duval se livre à un sévère réquisitoire contre l’inaction des autorités mauriciennes dont les conséquences se mesurent par le désastre écologique dans la partie sud et sud-est du pays. Il  veut lui aussi que les électeurs soient appelés aux urnes. Puis  il y a la fronde mauve avec un Paul Bérenger qui souhaite le départ de Pravind Jugnauth, la dissolution de l’Assemblée nationale et les élections générales anticipées Le leader de l’opposition le Dr Arvind  Boolell abonde dans le même sens. Il y a enfin un  invité de dernière heure au débat. Il s’agit de Bruneau Laurette qui a apporté son grain de sel en exigeant lui aussi de nouvelles élections  pour se débarrasser de ceux inaptes à diriger le pays.

J’y suis, j’y reste

Pendant ce temps, Pravind Jugnauth, face à cette effervescence semble déterminé à aller jusqu’au bout de son mandat. Après avoir réussi à faire de l’Ile Maurice un covid free country, il veut relever un défi de taille. Relancer l’économie , notamment  en permettant aux étrangers selon un programme établi à venir au pays .  Réussira-t-il cette gageure qui devrait lui permettre de renverser la vapeur, redorer son blason et faire oublier la marée noire? L’avenir nous le dira…*

About Redaction