Breaking News
Home > Uncategorized > Le plastique banni à Maurice – Entrée en vigueur des nouveaux règlements par étapes

Le plastique banni à Maurice – Entrée en vigueur des nouveaux règlements par étapes

Vers la fin de l’usage du plastique à Maurice. C’est le défi que lance le gouvernement compte tenu des dommages causés à l’environnement par l’important volume de déchets plastiques déversés dans la nature et dans la mer. Des produits de substitution viendront à partir de cette année remplacer ceux utilisés dans le commerce, les restaurants notamment. A la clé de nouvelles opportunités pour les Petites et Moyennes Entreprises.

Une campagne de sensibilisation concernant deux nouveaux règlements introduits en vertu du Environment Protection Act de 2002, a été lancée ce mercredi matin 15 octobre à la Municipalité de Port Louis. Ces règlements sont en ligne avec le programme gouvernemental 2020-2024 visant à faire de Maurice un pays sans plastique.

Le ministre du Développement industriel, des PME et des Coopératives  Soomilduth Bholah ainsi que le ministre de l’Environnement, de la Gestion des Déchets solides et du Changement climatique, M. Kavydass Ramano, ont animé une conférence de presse conjointe afin de donner plus de détails sur cette campagne.

Le ministre Bholah a salué l’initiative du ministère de l’Environnement pour la mise sur pied d’une campagne destinée à conscientiser les citoyens ainsi que les secteurs public et privé sur des produits en plastique interdit d’usage et des peines encourues en cas de délits. Il a aussi fait mention que des substituts aux plastiques seront proposés par les autorités concernées.

Le ministre a souligné que les mesures du budget 2020-2021 pour la protection et la gestion de l’environnement font partie de l’engagement du gouvernement à activer la transition écologique. Le secteur des PME s’est clairement positionné comme le moteur de la croissance économique verte, a ajouté M. Bholah.

Les conséquences désastreuses de la pollution marine

Pour sa part, le ministre de l’Environnement, M. Ramano, a déclaré que selon les experts 60 à 95 % de la pollution marine est constituée de déchets plastiques et entraîne de graves conséquences pour les organismes marins car ces derniers ont tendance à consommer par inadvertance du plastique flottant, ce qui peut avoir un impact sur la consommation par les humains tel que le poisson.

Il a souligné que la décomposition des déchets plastiques varie entre 400 à 1 000 ans, ce qui entraîne de graves conséquences sur l’environnement. Dans cette optique, il a exhorté la population d’utiliser des produits alternatifs tels que ceux fabriqués à partir du bambou, du vacoas et du papier et autres alternatives écologiques.

Par rapport aux 540 000 tonnes de déchets déversés chaque année à Mare Chicose, M. Ramano a relevé l’urgence de mettre en place un système de tri ainsi que l’importance du recyclage et du compostage. « Nous devons consolider notre résilience et construire une société plus durable et écologique tout en repensant nos fondements économiques, sociaux et environnementaux afin d’atteindre nos objectifs de développement durable car près de 75 000 tonnes de déchets sont constituées de produits en plastique, notamment des produits à emporter, des pailles, des fourchettes, des cuillères et des assiettes», a souligné le ministre.

Application des peines sévères contre les contrevenants

Kavi Ramano a indiqué que des mesures strictes seront prises contre tous ceux qui ne respectent pas les règlements qui interdit strictement l’utilisation, l’importation, la fabrication, la vente ou la fourniture de sacs en plastique non biodégradable et a rappelé qu’à partir du 15 janvier 2021, si une personne est prise en possession ; vend ou fournit ; importe ; ou fabrique un produit en plastique non biodégradable à usage unique, cette dernière sera passible d’une amende ne dépassant pas respectivement 2 000, 20 000, 50 000 et 100 000 roupies.

Les PME appelées à fabriquer des produits de substitution

À la même occasion, une exposition de deux jours au cours de laquelle des petites et moyennes entreprises (PME), des sociétés coopératives ainsi que des producteurs locaux présenteront des substituts aux produits en plastique, a été lancée.

Source GIS

About Redaction