Maurice a obtenu une subvention d’un montant total de 7,9 millions d’euros, soit un peu plus de Rs 330 millions, de l’Union européenne (UE) dans le cadre de l’accord “EU budget support in response to COVID-19 crisis: Reinforcing Health Systems in Mauritius (REHSIMUS)’’.

La cérémonie de signature de cet accord a eu lieu ce vendredi 18 décembre à Port-Louis, en présence du ministre des Finances, de la Planification et du Développement économiques, Dr Renganaden Padayachy, du ministre de la Santé et du Bien-être, Dr Kailesh Kumar Singh Jagutpal, et de l’ambassadeur de l’UE auprès de la République de Maurice et de la République des Seychelles, M. Vincent Degert.

Selon le ministre Padayachy, cette aide financière permettra au gouvernement de déployer encore plus efficacement sa stratégie en matière de santé et ainsi augmenter la résilience de Maurice face aux crises sanitaires.

La confiance règne  dans la population  en  cette période de fin d’année

Selon lui, grâce à la vision portée par le gouvernement, qui s’est traduite en actions concrètes et courageuses, Maurice peut aujourd’hui se targuer d’être un pays Covid-safe, où la confiance règne. ‘Ce sont précisément ces choix, entrepris et implémentés depuis le mois de mars, qui nous permettent à l’heure où je vous parle de vivre la période des fêtes de fin d’année avec beaucoup plus de sérénité que dans de nombreux pays à travers le monde’, a-t-il dit.

Ce partenariat est, selon le ministre, une nouvelle illustration de la force de la coopération qui anime les relations de Maurice et l’UE.

Le Dr Jagutpal, a affirmé que l’aide et le soutien apportés par des instances telles que l’UE et d’autres pays amis à Maurice, sont venus complémenter les mesures courageuses prises par le gouvernement mauricien afin de répondre aux risques liés à la pandémie en cours.

Préserver nos acquis

Le ministre a rappelé que Maurice est aujourd’hui un pays Covid-safe et que le gouvernement s’emploie de façon assidue à préserver ce statut, tout en renforçant les capacités locales à faire face à d’éventuelles menaces de ce type.

L’assistance de l’UE permettra ainsi à notre pays d’augmenter ses capacités de dépistage, de prise en charge médicale mais aussi de professionnaliser davantage les employés mauriciens de première ligne, a précisé le Dr Jagutpal.

M. Degert, a lui souligné que l’UE a réorienté le programme d’assistance pour l’urgence de la santé publique qui est une nécessité qui s’imposait suite à la propagation de la pandémie de la Covid-19. Il a parlé des trois axes principaux du REHSIMUS comme définis dans le programme d’action de l’UE, notamment : détecter, traiter et renforcer.

Dépistages et traitements

Le but, a-t-il expliqué, est de renforcer les capacités de dépistages avec l’objectif d’augmenter par 50%, et aussi d’augmenter les capacités de traitement, afin de passer de 67 lits d’urgence à 84.  En outre, l’objectif est de redéfinir les protocoles dans les institutions de santé publiques et ensuite former tous les personnels sur l’application de ces protocoles, a-t-il ajouté.

Selon l’ambassadeur ce programme d’aide a une fois de plus renforcer et solidifier le partenariat UE-Maurice.  Il a ajouté qu’il continuera de travailler dans cet esprit de solidarité et de partenariat sur la question de santé et dans d’autres domaines.

Il a aussi annoncé que l’UE vient de signer avec la Commission de l’ocean Indien (COI) et l’Agence Française de Développement un accord de 9.3 millions d’euros pour le renforcement de la surveillance épidémiologique et gestion des alertes de la COI.

Source: Government Information Service