Home > Actualités > Mario Nobin démissionne de son poste de commissaire des Prisons mais le pire reste à venir
L'ex commissaire dans la tourmente

Mario Nobin démissionne de son poste de commissaire des Prisons mais le pire reste à venir

Mario Nobin avait lui-même prédit le sort qui lui serait réservé au cas où il serait interrogé under warning au CCID. L’ex commissaire de police avait tout détaillé dans un affidavit juré devant la cour suprême : son arrestation et son inculpation provisoire suivie de la perte de son emploi comme commissaire des prisons. C’était avant même le début de son interrogatoire par les enquêteurs de la CCID.

L’ex commissaire de police Mario Nobin n’a pas attendu la révocation Il a lui même soumis sa démission. Cela suivant une logique qui veut qu’une personne faisant l’objet d’une enquête criminelle et qui est en liberté sous caution et, en outre interdit de quitter le pays, ne peut diriger un département qui s’occupe  des détenus, des condamnés, dont des repris de justice.

Mario Nobin risque de se retrouver en leur compagnie si jamais sa culpabilité était établie. Il s’agit là d’un procès qui fera date dans les annales au cas où un ex commissaire des prisons se retrouverait dans un costume de prisonnier.

Donc comme on le sait déjà Mario Nobin qui a été interrogé under warning par la CCID, a finalement été mis en état d’arrestation le mardi 29 décembre. Il a échappé à la détention préventive. La police n’a pas objecté à sa remise en liberté conditionnelle en attendant la suite de son procès.

Mario Nobin n’est pas pourtant sorti d’affaire et court de gros risques. A moins que l’instruction judiciaire en cours ne finisse par tourner en sa faveur. Ce qui est arrivé à Mario Nobin était attendu. Il  est reproché à cet officier de carrière d’avoir usé de sa position comme commissaire de police pour permettre au dénommé Mike Brasse, un skipper, de se procurer d’un passeport de remplacement. Celui-ci a utilisé le document pour se rendre à la Réunion, non pas expressément pour aller récupérer son bateau, mais plutôt pour sécuriser une cargaison de drogue dure.

L’interrogatoire de Mario Nobin se poursuit à la CCID. Les enquêteurs n’ont pas accepté la version du prévenu selon laquelle il n’avait jamais donné des directives à l’officier en charge du Passport and Immigration Office de délivrer un passeport au dénommé Mike Brasse. Voir plus loin notre article intitulé : L’épée de Damoclès suspendue sur la tête de Mario Nobin.

 

About Redaction