Home > Actualités > La marche citoyenne à Port-Louis pour réclamer le départ du gouvernement – Bruneau Laurette agit comme  locomotive

La marche citoyenne à Port-Louis pour réclamer le départ du gouvernement – Bruneau Laurette agit comme  locomotive

 Une foule importante de 15 à 20 000 personnes a occupé, ce samedi 13 février, le centre névralgique de la capitale pour réclamer la démission du gouvernement pour mauvaise gestion des affaires du pays en général, selon les opposants. Arborant le quadricolore, brandissant des pancartes et des  banderoles, les participants à  cette « marche citoyenne » ont défilé dans un concert de cris et d’instruments à vent et de tambours, à partir de la municipalité de Port-Louis jusqu’à la Place d’Armes.

Ils répondaient aux appels lancés par la fédération des opposants du régime que sont le Parti travailliste de Navin Ramgoolam et Arvind Boolell, le MMM de Paul Bérenger, le PMSD de Xavier Duval, Le Reform Party de Roshi Badhain, pour un « rassemblement monstre ». Oublions nos égos et nos différences, le but à atteindre, c’est de faire partir le gouvernement, a été l’appel au ralliement lancé par le Dr Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste à toutes les forces du pays.

Bruneau Laurette : les fonctionnaires absents

Pour assurer le succès de la manifestation, les organisateurs ont compté sur le concours de l’activiste Bruneau Laurette qui avait réussi l’exploit du 29 novembre de l’année derniere d’attirer dans la ville de Port-Louis une foule ayant dépassé la barre des 100 000 personnes. Un événement dans le sillage de la marée noire dans le sud-est du pays. À l’évidence, pour l’occasion, on est très loin du compte. Ce qui n’a pas empêché aux organisateurs de chanter victoire. A la fin de la manifestation le leader du Parti travailliste devait ainsi exprimer sa satisfaction : « On a réussi notre pari », s’est écrié. Bruneau Laurette qui a, en outre, estimé que certains se sont abstenus de faire le déplacement, dont les fonctionnaires, par crainte de représailles.

A l’issue de la marche, Roshi Badhain a lui fait comprendre que le glas a sonné pour le gouvernement Jugnauth.  «Ses jours sont comptés», a-t-il dit.

Conversation solidaire et Resistans ek alternative étaient aussi de la partie, se felicitant que la société civile ait décidé de prendre les choses en mains après la cascade de dérapages de nos dirigeants, ont  fait comprendre leurs dirigents.

Irritation de Paul Bérenger

 On n’a pas entendu Paul Bérenger, le leader du MMM qui se trouvait parmi les marcheurs en compagnie de sa fille Joanna. Un incident dont la nature nous a échappé est survenu lorsqu’un journaliste, micro en main, s’est approché de lui pour recueillir sa réaction. Le journaliste a dû battre en retraite face à un Bérenger en colère, pour des raisons que l’on ignore.

La fin de la marche a été émaillée par un incident : contre toute attente, des manifestants ont mis le feu à un cercueil trimbalé tout le long du parcours. Ce qui a provoqué une onde de choc parmi les policiers postés devant l’hôtel du gouvernement. A l’aide d’extincteurs disponibles à la Government House, on est arrivé rapidement à éteindre le feu tandis que les plus bruyants de la foule scandaient «la polis komplis». Presque au même moment un autre feu toujours provoqué, avait été mis à un mannequin, forçant la police une fois encore à jouer aux pompiers. Du renfort a été appelé, mais sans avoir à intervenir. Cela suite aux efforts conjugués des forces de l’ordre et de Bruneau Laurette lui-même.

A noter la présence à la manifestation de Nando Bodha qui vient de démissionner du gouvernement.

About Redaction