Home / Actualités / Me Akil Bissessur avocat facebooker dans les filets de la police pour diffusion de Fake News sur l’état d’urgence

Me Akil Bissessur avocat facebooker dans les filets de la police pour diffusion de Fake News sur l’état d’urgence

Une bande sonore inappropriée diffusée sur WhatsApp le 12 mars, a affolé la population. Celle faisant état de la proclamation imminente de l’état d’urgence dans le pays. La voix qui, à ne pas s’y tromper, ressemble étrangement à celle d’un homme de loi, facebooker connu pour ses attaques répétées contre le CEO de Mauritius Telecom dans une série de posts “mensongers et diffamatoires”, selon des précédente plaintes déposées contre lui.

Cet homme a fini par ameuter tous ceux nombreux à l’avoir entendu parler d’une réunion qui, selon lui, se tenait à l’instant meme – c’est-à-dire au meme moment qu’il transmettait son message vocal  – dans la demeure du Premier ministre le vendredi 12 mars, réunion au cours de laquelle, a-t-il prétendu, la décision a été prise de décréter l’état d’exception dans le pays.

L’homme dit détenir son information de source sure. Il parle d’un officier de la VIPSU qui conduisant son informateur qui est à la fois un ami et un client à cette réunion.  La voix invite ceux qui l’écoutent à prendre leurs précautions car avec l’état d’urgence, prévient-t-il, « partou fermer ».

SANS L’OMBRE d’UN DOUTE

« News konfirmer sec » a-t-il dit en pesant sur ses mots. Avec l’état d’urgence, on reste confiné dans un Lock Down total : « Pa gagne droi sorti ditou » Et cela sans  aucune exception : « Mem pou dimoune qui pe livrer manze ». Les autres éléments d’information sont terrifiants. La voix explique comment les opérations de contact tracing sont menées. Il y a des fourgons qui passent pour ramasser les gens « par grappe ». Comme ça a été le cas à Chemin Grenier.

Des explications sont enfin données sur un régime d’état d’urgence. Un gouvernement peut se substituer à toutes les institutions d’un pays, dont le judiciaire. “Kapave meme renvoye elections

WANTED

L’homme était activement recherché le 12 mars, mais est resté introuvable.

Au niveau de la police, on s’est empressé d’apporter un formel démenti à cette nouvelle qui a fini par saper le moral d’une population déjà confrontée par la situation de lock down. De nombreux commerces ont été pris d’assaut dans un climat de panique généralisée. Ivan Bibi que la police soupçonne d’être mêlé  à l’affaire a été arrêté avant d’être relâché à la suite de son interrogatoire.

Les efforts de la police pour mettre la main sur Me Akil Bissessur sont restés vains ce premier jour, mais devraient reprendre. “La diffusion de ces fausses nouvelles par des gens malintentionnés et mal-informés,  constitue un délit“, prévient la police. Les contrevenants sont passibles d’une amende ne dépassant pas Rs 1 million et d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à dix ans.

L’AVOCAT SE REND A LA POLICE EN COMPAGNIE DE SES AVOCATS

C’est de son propre chef que l’avocat s’est présenté aux casernes centrales ce samedi 13 mars pour se mettre à la disposition des membres de la brigade criminelle. Il s’agit comme on le sait d’Akil Bissessur qui était accompagné par ses avocats.

Les développements dans cette affaire sont attendus.

 

About Redaction

x

Check Also

Coronavirus – OMICRON, nouveau variant n’a pas été DETECTE à Maurice, dit le ministre de la Santé

Arrivée des touristes Sud-africains au SSR International Airport à Plaisance samedi Le ...