Home / Actualités / Covid-19 : La situation s’améliore en Angleterre et COUP DE FOUET au combat avec le vaccin Johnson & Johnson

Covid-19 : La situation s’améliore en Angleterre et COUP DE FOUET au combat avec le vaccin Johnson & Johnson

Big Ben and Westminster Bridge, London, UK.

Dimanche 28 mars, Londres n’a déploré aucun mort du Covid-19 et le plus faible nombre de nouvelles contaminations quotidiennes en six mois. Le Royaume-Uni voit enfin la lumière au bout du tunnel alors que la France sombre petit à petit dans une troisième vague…

Les anglais retrouvent un peu plus de liberté depuis lundi avec le « Happy Monday » (lundi heureux) avec un allégement des mesures de restriction. En effet, le pays entame depuis le début de la semaine la deuxième phase de son très progressif plan de déconfinement, autorisant rencontres et sports en extérieur uniquement. Le Premier ministre Boris Johnson voit dans ce « happy Monday », l’occasion de “donner le coup d’envoi d’un grand été sportif britannique“, souhaitant aux “ personnes de tout âge de retrouver leurs coéquipiers et reprendre les activités qu’elles aiment“.  Pourtant, il y a un an, lors de la première vague du coronavirus, Londres était l’épicentre de l’épidémie. Conséquence, le Royaume-Uni déplore en Europe le plus grand nombre de décès avec 126 500 britanniques décédés du SARS-CoV-2.

Aujourd’hui, selon les chiffres de l’Agence de santé Public Health England (PHE), recensés par Sky news, la capitale londonienne n’enregistre aucun mort lié au coronavirus. Il s’agit de la deuxième fois cette année, après le 27 février. Mais alors comment les anglais ont-ils inversé la tendance alors que l’Europe est aujourd’hui en proie à une flambée épidémique ?

60% de la population a reçu au moins une dose de vaccin

Avec les britanniques, il n’y a pas de secret, la vaccination est un fer de lance indéniable dans la lutte contre la maladie du Covid-19. Pour les autorités sanitaires et le gouvernement anglais, les vaccins sont rapidement devenus une urgence. Le Royaume-Uni a donné son feu vert et a validé en procédure d’urgence le vaccin Pfizer le 2 décembre 2020 et l’AstraZeneca le 30 décembre. Résultat ? À la mi-janvier 2021, la Grande-Bretagne avait déjà administré quatre millions de doses.

À titre de comparaison, la France avait à peine lancé sa campagne de vaccination à cette date avec seulement 442 000 injections. Autre choix fort de la part des Britanniques, il s’agit du délai d’attente entre les deux injections. Le laboratoire Pfizer préconise d’attendre deux semaines entre les deux injections. Les anglais ont pris l’initiative d’attendre douze semaines. Conséquence ? Les Britanniques ont pu administrer les vaccins très rapidement.

Johnson & Johnson attendu

Avec une campagne de vaccination massive, plus de 30 millions de personnes ont reçu une première dose, ce qui représente environ 60% des adultes du pays. Les anglais devraient passer à la vitesse supérieure prochainement avec l’arrivée du vaccin américain, Johnson & Johnson. 17 millions de doses sont prévues pour le Royaume-Uni a affirmé ce dimanche le ministre de la Culture, Oliver Dowden, se voulant rassurant face aux inquiétudes d’approvisionnement en vaccin liés à un conflit avec l’Union Européenne.

Une confiance inébranlable pour le vaccin AstraZeneca

Malgré les cas de thrombose en Europe, l’Angleterre n’a rien voulu savoir. Le vaccin britanno-suédois est “sûr et efficace“, et la balance bénéfice du sérum écrase les risques engendrés par ce dernier. D’après les dernières données communiquées par le laboratoire pharmaceutique, le vaccin est efficace à 85% chez les plus de 65 ans pour prévenir les formes symptomatiques de la maladie voire à 100% efficace contre les hospitalisations et les formes graves.

“Ce virus constitue toujours une menace bien réelle“

Le Premier ministre, Boris Johnson a toutefois mis en garde sa population. Malgré la situation qui s’annonce de bon augure pour le Royaume-Unis grâce aux vaccins, il est selon lui « inévitable » que la « vague » qui s’abat sur l’Europe se traduise également par une hausse des contaminations, hospitalisations et décès.

La suite du déconfinement progressif se poursuit dans le pays et la prochaine étape devrait être historique pour les anglais. Dès le 12 avril, les anglais auront la possibilité d’ouvrir les portes des établissements suivants : bars, terrasses, restaurants, coiffeur…Concernant les voyages à l’étranger, ils ne seront de nouveau tolérés qu’à partir du 17 mai.

 

About Redaction

x

Check Also

Affaire George Floyd : Derek Chauvin, ex-agent de police de Minneapolis de 45 ans, encourt jusqu’à 40 ans de prison

Manifestations aux Etats Unis alors que se poursuivaient les débats dans le ...