Home / Actualités / CARTON ROUGE  au chef de file du Parti travailliste – SUSPENDU pour les HUIT prochaines séances parlementaires

CARTON ROUGE  au chef de file du Parti travailliste – SUSPENDU pour les HUIT prochaines séances parlementaires

 

Accrochage ce mardi 20 juillet entre le Speaker de l’Assemblée nationale, Sooroojdev Phoker et le Dr Arvind Boolell chef de file du Parti travailliste.

Jugeant que le député défiait son autorité en continuant à parler en dépit de plusieurs rappels à l’ordre, le speaker a fini par sévir : « You are challenging my authority. You do not have the floor» et Sooroojdev Phoker a expulsé le député rouge de l’hémicycle après avoir décidé de le « name » sanctionner.

C’était  à l’Assemblée lors de la tranche de la PNQ du leader de l’opposition sur l’utilisation des fonds gérés par la Mauritius Investment Corporation, une émanation de la Banque centrale, pour venir en aide aux entreprises en difficultés frappées par le nouveau coronavirus.

Cette tranche a d’abord été marquée par plusieurs rappels à l’ordre adressés Xavier Duval  par le speaker qui a invité ce dernier à ne pas mentionner certains noms de bénéficiaires des aides gouvernementales.

Le début des hostilités

C’est vers la fin de cette partie que le député de la circonscription de Belle Rose – Quatre Bornes s’est invité au débat et qu’il a été rappelé à l’ordre par le Speaker. A un certain moment, Sooroojdev Phoker lui a fait comprendre qu’il n’avait pas le droit de continuer à parler sans autorisation. Mais Arvind Boolell ne l’entendait pas de cette oreille et a continué de plus belle. C’est en de telles circonstances que le Speaker lui  a demandé s’il défiait son autorité et a fini par le « name » et le sommer de quitter l’hémicycle. Arvind Boolell s’est exécuté, mais sans s’ empêcher de lancer un sonore  «batiara» à l’adresse de Sooroojdev Phoker. Celui-ci a aussitôt levé la séance.

Selon certaines informations, les hostilités entre les deux hommes auraient continué même en dehors de l’Assemblée nationale et auraient pris une mauvaise tournure, n’était-ce l’intervention de certains parlementaires qui se trouvaient dans le couloir où les deux se trouvaient à proximité l’un de l’autre.

La motion du Premier ministre

A la reprise, le Premier ministre a présenté une motion demandant  la suspension d’Arvind Boolell du parlement à partir de la présente séance et pour les huit qui s’ensuivront. Cela à la suite de la décision du speaker de le «name», a fait valoir  le PM.  Il s’agit d’une décision arbitrale pouvant conduire à une sanction,  une prérogative dont est investie le speaker pour sanctionner tout membre qui se rendrait coupable de violation des standing orders du parlement.

La question du leader de l’opposition avait pour but de faire la lumière sur la façon que les deniers publics, soit Rs30 milliards ont été utilisés pour venir en aide aux entreprises en difficultés. Xavier Duval a lors de son intervention parlé des largesses au profit des petits copains et a voulu connaître des détails sur les procédures des décaissements.  Il s’est inscrit en faux sur l’argument selon lequel les détails des deals ne peuvent être divulgues du fait qu’il s’agit des entités privées liées par des clauses de confidentialité. Un argument qui ne tient pas la route, a insisté le chef de l’opposition qui a parlé des précédents.

Le ministre des Finances, le Dr Padyachy a lui montré chiffres à l’appui comment les Rs30 milliards mis à la disposition des entreprises ont permis au pays de préserver  les emplois directs et indirects en disant que tout prêt a été alloué  par un board  après examens.

Autrement le pays se serait retrouvé dans une situation de marasme économique et un taux du chômage alarmant, a notamment affirmé le grand argentier.

About Redaction

x

Check Also

Maurice rouvre ses FRONTIERES avec l’un des taux de VACCINATION complète les plus élevés en Afrique

Maurice se prépare à la réouverture de ses frontières avec confiance et ...